La Chiropraxie pour les femmes enceintes et les nourissons.

Parce que la Chiropraxie vous accompagne tout au long de votre vie. Votre chiropracteur est habilité à soulager les douleurs des femmes enceintes (douleurs ligamentaires; lombalgies; sciatique…) et les souffrances des nourrissons (Reflux Gastro Oesophagien; prévention de plagiocéphalies; Syndrome de Kiss…).

La Chiropraxie au service des femmes enceintes.

La grossesse est une étape importante dans le développement de la vie. L’évolution favorable de l’enfant passe par un état de santé physique, émotionnel et chimique (nutritionnel) optimal.

D’un point de vue physique,

Votre chiropracteur permet au corps d’être libre d’interférences neurologiques par son travail sur la colonne vertébrale (voir article sur la subluxation chiropratique).
En outre, l’objectif du chiropracteur est d’optimiser les fonctions musculo squelettiques, c’est à dire de redonner de la mobilité aux articulations et de soulager les muscles d’excès de tensions.

Au niveau du bassin, les articulations sacro-iliaques, sacro-coccygiennes, lombo-sacrées et la symphyse pubienne subissent des contraintes très fortes liés au relâchement ligamentaires. Par la sécrétion de la relaxine (hormone de la femme enceinte). Le Chiropracteur permettra donc de soulager ces douleurs et éviter que ces articulations ne souffrent d’une diminution de mouvement.

Au niveau lombaire, la taille et le poids du ventre prenant de l’ampleur au fur et à mesure des mois. Le Chiropracteur soulagera les lombaires pour ne pas souffrir d’un excès de tensions résultant en perte de mobilité. La plupart du temps ceci étant dû à une lordose (courbure naturelle des lombaires) trop importante.

Au niveau des hanches et du membre inférieur, l’objectif est de permettre aux articulations coxo-fémorales de soutenir les contraintes sur le bassin et la colonne vertébrale. Dans le but de de limiter les tensions ligamentaires.

D’un point de vue du développement foetal et de l’accouchement,

Le développement du foetus est inter-dépendant avec l’état de santé de la femme enceinte. Une position du bébé en siège lors de la grossesse peut être due à des excès de tensions ligamentaires au niveau de l’utérus. Elle peut être aussi du à un état de stress émotionnel.

Votre chiropracteur, en utilisant la technique Webster permet au bébé de retrouver une position céphalique. La technique Webster est une combinaison d’étirements et de mouvements doux des ligaments afin de libérer les tensions utérines.
Une étude conduite par l’ICPA (International Chiropractic Pediatric Association) en 2001 a montré l’efficacité de cette technique dans 102 cas sur 112.

De plus en plus, d’accouchements s’effectuent par déclenchement et/ou césarienne sans contraintes pathologiques. Ce n’est pas un énorme problème, ces techniques ont pu révolutionner la mise au monde.
Seulement, l’accouchement par voie basse permet le passage de nombreuses bactéries essentielles pour l’immunité infantile et présente de nombreux autres avantages. Dans la mesure du possible, le rôle du chiropracteur sera de faire en sorte que l’accouchement se déroule dans les meilleures conditions pour l’enfant et la mère.
Un suivi chiropratique sur la femme enceinte permettrait de réduire le temps de travail lors de l’accouchement.

D’un point de vue émotionnel,

L’état de santé mental de la femme enceinte est aussi primordial dans le tissage du lien entre la mère et son enfant. Le stress de la mère impacte directement le système du foetus.

Le Chiropracteur a aussi son rôle à jouer dans la gestion du stress et des éventuels soucis émotionnels. En utilisant des techniques plus douces et adaptées à ces conditions, votre chiropracteur permet un relâchement de l’état de tension mental.
En outre, pour réduire cet état de stress, il peut être bénéfique pour la femme enceinte de pratiquer une activité physique (Yoga, Pilates, Natation, Marche).

D’un point de vue nutritionnel,

L’alimentation tout comme l’aspect physique et émotionnel peut être un atout indispensable à une bonne gestation.

Je conseille une alimentation riche en fibres et vitamines par le biais de légumes et fruits crus de préférences ou cuits à l’eau.
Complémenté par un apport équilibré en protéines, en gras (oméga 3) avec des noix, graines germées ou non et faibles en glucides rapides et lents.

Dans le doute, Il peut être intéressant de supplémenter en Vit B9 et Vit B12 pour prévenir une éventuelle carence.

L’hydratation doit aussi être plus important qu’à l’habitude.

La Chiropraxie au service des nourissons.

Le rôle du chiropracteur chez l’enfant et le nourrisson est de détecter, corriger et prévenir les dysfonctionnements articulaires particulièrement au niveau de la colonne vertébrale. Afin de libérer les interférences sur le système nerveux.

Les fondations de la santé physique de l’enfant se construisent dans les 8 premières années de sa vie. Il est donc primordial d’optimiser son épanouissement par le soulagement d’éventuelles dysfonctions mécaniques.
Ces dernières pouvant être causées par des chutes, troubles émotionnels ou mauvaises postures.

Chez le nourrisson, l’accouchement et la grossesse peuvent avoir été traumatisants. Il peut alors en résulter des tensions cervicales influençant le nerf vague (innervant le tractus digestif) et créer divers symptômes tels que des reflux intempestifs ou une difficulté à l’allaitement par exemple.
Le Chiropracteur effectue alors des mobilisations douces (de l’ordre du toucher d’un fruit mur) afin de libérer les tensions occasionnées par ces événements.

Le second rôle du chiropracteur est la détection d’anomalies du développement en particulier chez le nourisson. Le Chiropracteur se charge d’évaluer le bon fonctionnement du système nerveux par différents tests en fonction de l’âge.
Chez l’enfant pré-pubère, votre chiropracteur cherche à détecter le développement précoce d’une scoliose par exemple. Il interviendra conjointement avec d’autres professionnels de santé pour limiter la croissance de cette scoliose.

Le Syndrome de Kiss,

Le syndrome de Kiss est un déséquilibre des mouvements lié à une tension sous occipitale. Souvent rencontré en consultation, les bébés souffrant d’un syndrome de kiss ont souvent du mal à tourner la tête, difficultés à dormir, des pleurs inexpliqués…

Le Chiropracteur permet un soulagement des symptômes en travaillant sur la charnière sous occipitale.

Généralement les problèmes liés au Kiss semblent disparaître tout seul lors de la verticalisation de l’enfant.

Enurésie ou le « pipi au lit »,

L’énurésie représente environ 9% des enfants entre 5 et 12 ans, il se caractérise par une miction non contrôlée la nuit ou la journée.
L’énurésie peut être primaire, c’est à dire que l’enfant n’a jamais été propre, lié à une immaturité de fonction de la vessie.
Ou elle peut être secondaire, c’est à dire que l’énurésie est survenue après un événement précis (souvent d’origine émotionnelle).

Afin de ne pas passer à coté d’une pathologie grave, il est important d’en parler à son pédiatre ou son médecin traitant.

Dans le cas d’un désordre n’impliquant aucune pathologie grave. Le travail du Chiropracteur sera de redonner une bonne communication entre l’organe et le cerveau. Par l’intermédiaire du système nerveux principalement sur l’axe: crâne, diaphragme, périnée.

Le développement par le mouvement et l’expérience positive,

La croissance de l’enfant repose aussi sur le mouvement et les stimulations positives.

Le mouvement stimule le cervelet qui est responsable de notre tonus postural et de la coordination des mouvements. Il est intimement lié au cerveau et comporte une part très importante de neurones. D’ailleurs le mouvement de la femme enceinte est aussi essentiel pour le développement foetal.

Les stimulations et les mouvements doivent s’expérimenter de manières joviales, positives afin d’avoir un impact majeur sur le développement.
Le toucher bienveillant est également primordial et rassurant pour l’enfant, un simple câlin permettrait la sécrétion de nombreuses hormones de bien être.

Conclusion

Pour conclure, la grossesse et le développement de du nourrisson sont deux choses intrinsèquement liés.
L’état physique de la femme enceinte à une influence sur celle de l’enfant et vice et versa. Afin d’augmenter ce potentiel de santé, le chiropracteur est là pour soulager les maux et améliorer les conditions de vie. En complément le changement d’habitudes de vie ayant un rôle sur l’alimentation et le stress est fortement recommandé.

Sources :

Ma grossesse, mon bébé, mon enfant. La chiropratique au service de la vie.
De Lionel Cras, Doctor of Chiropractic.
Editions le Mercure Dauphinois.

Crédits images :
Infographie vecteur créé par pikisuperstar – fr.freepik.com

Alexandre Chassagne, Chiropracteur à Laval.
lechiroquiroule@gmail.com

Les 5 gestes à adopter pour éviter les douleurs au (télé-) travail !

chiropracteur laval 53

En tant que Chiropracteur, je remarque que vos douleurs de dos que ce soit au niveau lombaires ou cervicales sont souvent engendrées par une mauvaise posture prolongée au travail. Elles font partie des Troubles Neuro Musculo Squelettiques (TNMS).
Lors des consultations chiropratiques il est de mon rôle de rappeler certains points fondamentaux pour améliorer vos postures et diminuer l’apparition de TNMS.

Ce sont ceux-ci que j’ai regroupé dans cet article, les cinq gestes vus par votre chiropracteur à adopter pour prévenir les douleurs au travail (ou télé travail).

Règle N°1 : Bien choisir son environnement de travail.

Première règle, choisir un environnement de travail adéquat !

Pour ce faire, on oublie le canapé et la table basse du salon et on privilégie la table haute de salle à manger ou de bureau ainsi qu’un tabouret ou une chaise de bureau. Un espace calme et de préférence sans passage.

Le but étant évidemment de garder le dos droit le plus longtemps et le plus confortablement possible.

chiropracteur laval 53
Chiropracteur laval 53

Dans le cas du tabouret, le dos est forcé de se tenir droit et donc c’est une excellente alternative pour muscler son dos et prévenir les douleurs !
A contrario, avec la chaise classique, on a la possibilité de s’avachir ce qui peut être une mauvaise solution de facilité à partir d’un certain temps de travail (sauf dans le cas d’une chaise de bureau ergonomique qui possède des renforts au niveau lombaire et de la nuque).

Astuces : Si vous n’êtes pas capables de rester longtemps assis avec le dos droit, pour commencer forcez vous à chaque fois que vous réalisez que votre dos n’est pas droit à tenir 1 minute le dos bien droit puis recommencez à chaque fois que vous y pensez.

Dans le cadre de la voiture où vous n’avez pas beaucoup le choix, n’hésitez pas à mettre un petit coussin dans le bas du dos pour soutenir la lordose lombaire.

Règle N°2 : Les trois angles droits pour une posture de travail au top !

La deuxième règle est géométrique, la règle des trois angles droits !

Afin de respecter une posture irréprochable en position assise, il est indispensable d’avoir cette règle en tête.

Premièrement, avant de commencer, veuillez régler votre hauteur de chaise afin que les pieds touchent le sol. Vous voilà bien ancré, maintenant les genoux peuvent former notre premier angle droit.

Deuxièmement, la règle la plus importante, votre dos doit former un angle à 90° avec votre bassin.

Enfin, les bras doivent être détendus et les coudes forment quant à eux un angle compris entre 90 et 120°. Pour ceci veuillez à avoir un clavier à portée de main ni trop loin ni trop près. La hauteur de votre bureau peut être également être ajustée si nécessaire.

Chiropracteur laval 53 : La Posture idéale

Astuces : Si la position dos droit est trop difficile à maintenir, utilisez un tabouret (ajustable en hauteur de préférence) sur lequel vous n’aurez pas d’autres choix que de vous tenir droit ! Si vous en avez la possibilité, alterner la position assise et debout est excellent grâce à un bureau spécifique.

Le plus efficace, si vous souhaitez travailler votre proprioception et protégez activement votre dos en restant assis… optez pour le siège ergonomique Active Base, une vraie arme anti maux de dos !

Règle N°3 : On prend soin de ses cervicales comme les chiropracteurs !

La règle numéro trois est simple, respectez vos cervicales !

D’un point de vue de chiropracteur pour prévenir les douleurs, Un poste de travail adapté doit vous permettre de garder une tête en position neutre, muscles relâchés, sans avoir à forcer sur la tête ou les yeux. Ce faisant, La tête ne doit donc pas avoir à tourner ni fléchir sans arrêt. La tête ne doit pas maintenir une position fléchie vers l’avant ou encore moins étendue vers l’arrière.

Chiropracteur laval 53 : Posture travail debout.

Dans un environnement, où il y a plusieurs écrans à regarder, c’est le bassin qui doit pivoter sur l’assise (l’assise doit donc le permettre !) et non la tête qui doit effectuer les allers retours.

Enfin, Si vous devez avoir des documents écrits ou illustrations à coté ou devant l’écran; N’hésitez pas à installer un chevalet pour poser les documents à la verticale afin de limiter la flexion cervicale.

Règle N°4 : Les réflexes indispensables à avoir pour limiter les douleurs.

Maintenant que vous connaissez les éléments et les postures qui vous feront du bien, il vous faut prendre de bonnes habitudes !

Premièrement, l’eau, je ne le répète jamais assez, hydratez vous ! L’eau étant l’élément essentielle composant notre corps, il est indispensable de s’hydrater pour garder des muscles et des articulations plus souples.

L’eau, source de vie.

Deuxièmement, faites des pauses ! Il est indispensable de prendre minimum 10mn toutes les deux heures pour s’aérer, se changer les idées, se reposer, si possible marcher un peu ou bien faites quelques mouvements d’épaules, étirez vous le dos, les cervicales. Non seulement, vous allez faire souffler votre corps mais en plus vous gagnerez en efficacité.

Enfin, marchez ! Après l’eau et les pauses, la marche ! En effet, avoir une station assise à longueur de journée n’est clairement pas dans notre nature. La marche quant à elle fait partie intégrante de nos capacité physiques. C’est grâce à la marche que notre corps peut fonctionner en partie, nous sommes faits pour bouger et marcher !

Il est temps de se mettre en mouvement !

Astuce : Pour ne pas mettre de stress supplémentaires sur les épaules, optez pour le sac à dos bien ajusté plutôt que la sacoche ou le sac à main porté sur une seule épaule.

Règle N°5 : Bougez pour ne plus souffrir !

Comme je viens de le mentionner dans le chapitre précédent, il est primordial de bouger pour maintenir un corps en pleine santé.

Je conseille de prévoir 10 à 15 minutes par jour pour effectuer des exercices de renforcement musculaire. Ceux-ci peuvent être inclus dans une routine matinale avec des assouplissements et de la méditation par exemple.

Voici un exemple d’exercices que vous pouvez mettre en place à la maison seul ou en famille :

chiropracteur laval 53
chiropracteur laval 53

Vous pouvez rajouter à cela ce que vous souhaitez : des squats, de la corde à sauter, des pompes…

Le sport qui vous fait du bien est celui que vous aimez ! J’ai tendance à penser que le sport qui vous fera du bien est celui qui vous procure du plaisir ! Il n’est par exemple pas nécessaire de se forcer à pratiquer la course à pied alors que vous adorez danser.

Le principal est d’activer son corps avec de l’exercice physique au minimum (du minimum) 30mn par jour.

Si vous souhaitez vous lancer dans la course à pied, je vous conseille de lire mes conseils sur le sujet.

Astuce : Au quotidien, pensez à aller au travail à vélo, vous pourrez faire partie du cercle sympathique des vélotaffeurs. Vous aurez ainsi votre dose journalière d’activité physique nécessaire !

Conclusion

Les gestes à adopter pour préserver son dos en travaillant ne sont pas si compliqués, encore faut-il se donner les moyens de transformer un peu son environnement de travail. La récompense à la clé, c’est une diminution des douleurs, une amélioration du confort au travail et moins de visites chez son chiropracteur.

Ajoutez à cela, des habitudes de vie saines et vous aurez tout pour faire de votre vie de travail un moment plus agréable.

Pour toutes douleurs de dos inhabituelles ou persistantes, n’hésitez pas à contacter votre chiropracteur afin de programmer un consultation et découvrir les bienfaits de la chiropratique.

Alexandre Chassagne, Chiropracteur à Laval en Mayenne (RDV à domicile ou en cabinet).

Les conseils de votre chiropracteur pour une rentrée en bonne santé !

Cette semaine est spéciale puisque c’est la rentrée des classes pour vos bambins, votre chiropracteur se soucie des maux de dos de vos enfants dans cet article ! 📚
Vous êtes vous déjà demandés si son cartable était adapté ?
Vous voulez faire au mieux pour que votre enfant ne souffre pas ? 🌈
J’ai étudié la question et je vais vous donner mon point de vue en tant que chiropracteur.

Tout d’abord quelques chiffres : le cartable est porté en moyenne 350 heures par an et 70% des adolescents se plaignent de maux de dos.

C’est pourquoi, en tant que chiropracteur, il apparaît important de vous conseiller au mieux pour prévenir les douleurs vertébrales.

Conseil n°1 : La taille du sac doit être adaptée.

Il apparaît évident qu’il faut adapter la taille du sac à dos en fonction de la taille de votre enfant ni trop gros ni trop petit donc. Le fond du sac doit se trouver au niveau des lombaires et le haut du sac sous les épaules. La largeur du sac ne doit pas être supérieur à celle du dos de votre enfant. Il est important de faire tester le sac à son enfant avant de l’acheter et lui demander son ressenti.

Conseil n° 2 : Privilégier un bon matériel pour la rentrée scolaire.

Il faut privilégier l’achat d’un sac avec bretelles rembourrées, fond de sac et parties dorsales rembourrées, les lanières doivent être ajustables et de bonne qualité, les matières doivent être résistantes et légères. 🛒

Conseil n°3 : Le chargement du sac.

Il est important de ne pas dépasser 10% du poids de l’enfant en charge maximale. Il faut privilégier le bon sens minimiser la charge sur le dos de votre enfant.

Conseil n°4 : Bien gérer son sac.

Avant la rentrée scolaire, Il faut enseigner a l’enfant à bien garder les deux bretelles sur les épaules, lui montrer comment ajuster les lanières et surtout à bien ramasser ses affaires dans le sac (en pliant les genoux au maximum et en évitant les torsions de la colonne vertébrale).

Les mouvements pour protéger le dos de votre enfant sont très bien décrits ici.

Conseil n°5 : Une bonne hygiène de vie.

Pour prévenir les douleurs, l’activité physique est importante tout comme le sommeil minimum 8h par nuit à horaires réguliers. Aussi, je recommande une bonne hydratation au cours de la journée (2l d’eau par jour pour l’ado).🕺

Il est également conseillé de prendre un petit déjeuner équilibré riche en fruits frais et secs, faibles en produits industriels souvent trop riches en sucres.
Exemple d’un petit déjeuner copieux et équilibré : Une banane écrasée, des noix et noisettes, des flocons d’avoine et des copeaux de chocolat dans un yaourt au soja (nature ou aromatisée à la vanille).

Limiter les écrans en dehors de l’école en remplaçant par des activités ludiques à faire en famille. Exemple: le vélo, la marche à pied et/ou le geocaching.

Et bien sûr faites des contrôles annuels chez votre chiropracteur avant ou après la rentrée scolaire ! : )

https://www.chiropracteur-laval53.fr/pourquoi-consulter-un-chiropracteur/

Partagez cet article pour prévenir les maux de (vos a)dos !

Témoignages de patients.

Avis chiropratique : Zoom sur la Névralgie Pudendale.

Parfois rencontrée en consultation chiropratique, peut être n’avez vous jamais entendu parler d’elle? La névralgie pudendale est pourtant responsable de nombreuses souffrances auprès des femmes notamment.
Egalement connue sous le nom de « syndrome du canal d’Alcock ».La névralgie pudendale correspond à une douleur neuropathique aigüe ou chronique du nerf honteux ou pudendale.

Définition et anatomo-pathologie de la névralgie pudendale

La névralgie pudendale correspond donc à une souffrance du nerf du même nom. Se localisant dans le périnée, se dernier se forme auprès des racines nerveuses S2-S3-S4 en avant du sacrum pour passer entre l’épine ischiatique et l’ischion avec en avant le ligament sacro épineux puis en arrière le ligament sacro tubéreux puis dans le canal d’alcock formé par le muscle obturateur interne.

Le nerf est dit « honteux » du fait de sa localisation peu enviable. Il finit sa course pour innerver les parties génitales, le périnée et la région anale. C’est un nerf dit sensitif qui permet donc la bonne conduction des sensations (toucher, chaleur, douleur) dans ces régions.

sources Chu Nantes

Présentation clinique de la névralgie pudendale

Avant toute chose, il est important de consulter son médecin traitant pour toute douleur inexpliquée. Les diagnostics d’urgences (tumorales, inflammatoires, vasculaires, infectieux) doivent être exclues avant de s’orienter vers un diagnostic de type mécanique.

Le diagnostic est rarement évoqué et souvent méconnu. Le retard diagnostic peut donc être long et l’inconfort prolongée peut entraîner une gêne profonde à tendance dépressive.

Lors d’une névralgie pudendale d’origine mécanique, la gêne est surtout ressentie en positon assise et la douleur ne réveille pas la nuit.

Les douleurs neuropathologiques liées à la compression du nerf pudendal sont souvent caractérisées à type de brûlures intenses au niveau du vagin pour les femmes et de la verge pour les hommes. Elles peuvent également se présenter au niveau de l’anus et se région comme une lourdeur, un inconfort ou un engourdissement surtout à la position assise.
La gêne peut entraîner des troubles urinaires (pollakiurie), des troubles rectaux (troubles de la sensations et douleurs après la selle) ou de troubles sexuels (douleurs après ou lors des rapports)

La cause des douleurs est difficilement mise en évidence mais on peut retrouver par exemple :
l’accouchement
l’utilisation intensive de vélo ou d’équitation
les cicatrices post chirurgicales
une chute violente sur le bassin.

Le Traitement Chiropratique de la névralgie pudendale

Le traitement doit se faire en interdisciplinarité, conjointement avec le médecin, et le kinésithérapeute après avoir écarté tous risques d’un diagnostic d’origine non musculo squelettique.

Lorsque l’origine musculo squelettique est démontré, le traitement chiropratique consiste à libérer les tensions s’exerçant sur le sacrum et le bassin. Le chiropracteur travaille à l’aide d’ajustements chiropratiques sur ces articulations. Puis il effectue un travail tissus mous sur les ligaments sacro tubéreux et sacro épineux ainsi que sur l’obturateur interne pour aider à la décompression du nerf pudendale.
Le traitement se fera toujours par voie externe.

Les soins chiropratiques de votre chiropracteur consiste également à relâcher les tensions sur la colonne vertébrale. Notamment les lombaires pour permettre un bon fonctionnement du périnée, puis un bilan des hanches et des membres inférieurs.

Le bilan chiropratique peut s’accompagner d’exercices à faire à la maison. Afin de renforcer le périnée ou bien étirer le bassin dans le sens de la rétroversion ainsi que les muscles avoisinants (Grand Fessier, Piriforme).

Le traitement peut demander de 3 à 10 séances sur plusieurs mois. Plus ou moins selon les cas et leurs gravités pour avoir des résultats concluants et durables.

Conclusion sur cette pathologie

La névalgie pudendale étant une pathologie méconnue et souvent peu diagnostiquée, il me semblait important de faire part de cette article.

Pour toute suspicion de cette pathologie; n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant ou votre chiropracteur (qui est thérapeute de première intention).

Alexandre Chassagne, chiropracteur à Laval (53) en Mayenne.

Les six conseils du chiropracteur pour les seniors !

En tant que chiropracteur, Je vois en consultation chiropratique de nombreux patients d’âge plus ou moins avancé, notamment des personnes de plus de 70 ans: les seniors, on peut remarquer que chacun ne vieillit pas de la même façon et surtout que vieillir ne rime pas forcément avec souffrir. L’augmentation des douleurs n’est donc pas systématique.

C’est pourquoi, il est important de mettre en évidence certains gestes du quotidien qui vont être la clé du mieux être quand on grandit en âge;

Conseil numéro un : Restez actifs !

Je crois que le conseil le plus répandu et qui devrait être plus largement entendu, c’est bien sur de garder une certaine dose d’activité car le mouvement c’est la vie ! 

Soyons raisonnables, il ne s’agit pas d’aller au delà des capacités du corps avec ses contraintes physiques que la vie nous impose mais bien de garder une activité physique régulière.
Il existe pléthore d’activités physiques mais certaines sont plus adaptées aux seniors : la natation et l’aquagym permettent de travailler dans un milieu aquatique donc sans contrainte gravitationnelle, cela peut permettre de travailler efficacement les muscles sans pour autant contraindre les articulations.

Le Qi Gong et le Pilate, sont également de très bonnes activités, alliant respiration, mouvements et contrôle moteur, ils permettent de travailler efficacement le système ostéo-articulaire sans pour autant le contraindre.

Conseil numéro deux : L’hydratation et l’alimentation.

On ne le dit jamais assez, une bonne hydratation est primordiale pour que le corps fonctionne normalement car pour rappel nous sommes constitués à 65% d’eau. En matière d’hydratation on parle d’un litre et demi d’eau minimum par jour et plus pour les gabarits plus imposants (je conseille environ 1L par tranche de 35 kg).

Tout comme l’eau, l’alimentation joue également un rôle important dans l’apparition de douleurs. Empiriquement, il apparaît que favoriser une alimentation végétale riche en fibres et protéines végétales par le biais des légumineuses permet un bon transit et une augmentation des radicaux libres qui luttent contre le stress oxydatif (responsable en partie des inflammations chroniques et autres cancers).

Il est également important de favoriser des aliments issus de l’agriculture biologique (ou raisonné sans pesticides) afin de limiter la prise de perturbateurs endocriniens.

Pour les syndromes inflammatoires en particulier il est recommandé de diminuer fortement les laitages, les viandes rouges ainsi que le gluten (pains, céréales…).
Les jus de légumes et les produits fermentés (légumes ou boissons tels que le kéfir ou le kumbucha) sont en revanche très bons pour votre flore intestinale.

(Source : Régime Seignalet – L’alimentation la troisième médecine / EAT – Gilles Lartigot).

Conseil numéro trois : Garder le cerveau en éveil.

Contrairement aux préjugés, l’activité physique est un excellent moyen de faire fonctionner son cerveau et de garder un esprit vif.

Toutefois il existe d’autres moyens, par exemple en se lançant dans l’apprentissage de nouvelles compétences, c’est ainsi que les neurones vont être stimulés.
Par exemple, en apprenant une nouvelle langue ou encore un instrument de musique, celui là même que vous rêviez de jouer étant plus jeune ?

La méditation est aussi un excellent moyen de faire le vide et de permettre de reprogrammer son cerveau et ses limites.

Conseil numéro quatre : Prendre soin de son enfant intérieur.

Prendre soin de son enfant intérieur ne requiert rien de particulier, il suffit juste d’être à l’écoute de soi et de ne pas se laisser abattre par les jugements de chacun.

Prendre soin de son enfant intérieur cela signifie : garder une âme d’enfant, le sourire toujours aux lèvres avec un brin de naïveté, une once de logique et des rêves toujours plein la tête.

Autorisez vous les jeux, les puzzles et les loisirs créatifs… Repoussez les limites que notre conscience veut nous imposer pour se redonner une vie éclatante.

« Si tu es capable de le rêver, tu es capable de le réaliser »

Walt Disney


Conseil numéro cinq : Continuer à développer sa créativité.


Booster sa créativité en faisant de la peinture, du dessin, du collage, des maquettes et pourquoi pas de la sculpture, de la poterie, bref tout ce qui a trait à la création est un excellent moyen de développer les capacités du cerveau droit.

« La créativité implique de briser les conventions afin de regarder les choses sous un jour nouveau. »

EDWARD DE BONO

Le cerveau droit, c’est lui qui nous permet une bonne communication, une bonne empathie, des relations saines et une meilleure sensibilité, c’est pourquoi il est important d’entretenir son bon fonctionnement.

https://ma-sante-senior.fr/loisirs-creatifs/
Quelques exemples de loisirs créatifs !

Conseils numéro six : Faire régulièrement un check up chiropratique ! 

Les personnes suivis en chiropratique, ont logiquement moins de chance de souffrir de douleurs musculaires, articulaires ou neurologiques et donc d’améliorer leur qualité de vie. 

De plus, elles ont la chance de voir les capacités de leur système nerveux s’améliorer et notamment la proprioception, c’est à dire, la gestion de la position consciente ou inconsciente de nos articulations et de nos muscles.
En bref, cela permet d’avoir une meilleure conscience de son corps et donc de limiter les risques de chutes et de déséquilibres.


(sources, les travaux de recherche d’Heidii Haavik :
Fall risk profile and quality-of-life status of older chiropractic patients. Holt, K. R., Noone, P. L., Short, K., Elley, C. R., & Haavik, H.)


Alexandre Chassagne, Chiropracteur.
Docteur of chiropractic, formé à l’Institut Franco Européen de Chiropraxie.
Chiropracteur à Laval (53) et Vitré (35).

Fondateur de l’organisation humanitaire World Chiropractic Bike Tour.
Disponible en Cabinet les Mardi, Jeudi et Samedi 13 bis rue Solférino à Laval.

Ainsi que les Lundi et Mercredi après midi au 18 boulevard des rochers à Vitré.
RDV à domicile possible sur le secteur de Laval agglomération.
Tel Pro 07.68.48.10.02

https://www.chiropracteur-laval53.fr

Les 10 conseils de votre chiropracteur pour lutter contre le stress chronique.

Par les temps qui courent, le stress chronique est malheureusement devenu monnaie courante. Ceci étant du à des rythmes de vie parfois acharnés, des vies sentimentales ou professionnelles compliquées, et souvent la notion de vouloir tout contrôler.
Il existe pourtant des solutions simples à mettre en place.
C’est pourquoi nous allons voir dans cet article 10 conseils donnés par votre chiropracteur pour lutter contre le stress.

En effet, depuis de nombreuses années je me suis intéressé au développement personnel et la gestion du stress. Je me suis donc bien entendu documenté sur la question à travers différents ouvrages et auteurs tels que :
– L’homme qui voulait être heureux – Laurent Gounelle
– Le placebo c’est vous – Joe Dispenza (Egalement chiropracteur !)
– Miracle morning – Hal Elrod
– Le pouvoir du moment présent – Eckart Tolle
– Les quatre accords toltèques – Miguel Ruiz
– Le guerrier Pacifique – Dan Millman
– ou encore Le fameux Alchimiste de Paulo Coelho, Mektub ou Le manuel du guerrier de la lumière (un de mes préférés !) du même auteur.
Pour n’en citer que quelques uns… La liste pourrait s’allonger c’est pourquoi je liste davantage de lectures favorites à la fin de l’article.

Le stress est désormais reconnu comme une pathologie à part entière par l’OMS, et elle est définie comme telle :  » Le stress apparaît chez une personne dont les ressources et stratégies de gestion personnelles sont dépassées par les exigences qui lui sont posées. « 

Le stress est une réaction physiologique normale et il nous permet entre autres de rentrer en mode survie en cas de danger imminent. Néanmoins, lors d’une activation chronique et permanente le stress peut réellement devenir invivable. Lors d’un « burn out » par exemple, le mal être devient alors physique et psychique.

Voyons maintenant les différents axes afin d’améliorer progressivement cet état maladif.

1° Évacuez le stress en lâchant prise.

Un stress continu peut se manifester par un travail incessant du mental. On rumine les choses qui nous préoccupent dans nos pensées jusqu’à ne plus être capable d’appuyer sur le bouton OFF et de se mettre en veille.
Pourtant ce mode de veille est essentiel à notre organisme, et il constitue une clé dans la gestion du stress.

Selon Larousse, « lâcher prise est un moyen de libération psychologique consistant à se libérer du désir de maîtrise. »

Premièrement, prenez conscience des choses dont vous n’avez aucun moyen d’action.
Lorsqu’un malheureux événement ou une situation compliquée est faite et passée, elle ne peut plus bouger alors rien ne sert de la ruminer jusqu’à s’en faire souffrir.

A quoi cela sert de s’inquiéter ? source

Petit exercice pratique : Si à la fin de la journée, vous ruminez encore vos tracas, matérialisez vos problèmes à l’écrit sur une feuille de papier, prenez le temps d’écrire et de détailler si besoin. Découpez les, puis refermez chaque bout de papier en souhaitant clore la page et libérer votre esprit. Enfin, déchirez en petits morceaux chaque papiers et jetez les à la poubelle (ou si possible brûlez les).

Pour aller plus loin, si la situation est compliquée avec une personne et si vous souhaitez améliorer une relation en particulier. Dessinez deux bonhommes en bâtons, vous représentant vous et la personne tierce en question, nommez ces personnes, entourez les chacune de soleil lumineux puis entourez les deux ensemble dans un grand cercle lumineux. Représentez 7 points sur le corps de chacun et liez les deux personnes par ces points. Enfin, découpez la feuille en son milieu puis jetez le papier si vous souhaitez vous débarrasser de cette relation ou bien conservez le papier si vous souhaitez améliorer une relation existante.

Les Bonhommes allumettes exemple

2° Apprenez à (mieux) respirer.

La respiration est vitale pour notre organisme, celle-ci étant contrôlée de manière autonome et involontaire. Cependant, un stress continu aura une influence sur la qualité de notre respiration et ainsi influencera notre sensation de bien être.
On distingue trois types de respirations, la respiration thoracique, la respiration mixte et la respiration abdominale.

Afin de mieux contrôler votre organisme et vous sentir mieux, il faut apprendre à mieux respirer grâce à la respiration abdominale.

En pratique, Allonger sur le dos, concentrez vous sur votre respiration et rien d’autre, utilisez votre abdomen pour mieux respirer, ralentissez le rythme. Inspirez jusqu’à rendre vos poumons plein à leur maximum, puis expirez jusqu’à ne plus avoir une goutte d’oxygène dans la cage thoracique et recommencez. Exercez 20 cycles plusieurs fois dans la journée.
Au moindre signe de fatigue, revenez à la normale.

Respiration Thoracique VS respiration abdominale source

Pour aller plus loin, prenez le temps d’aller marcher en forêt ou dans l’herbe (pieds nus encore mieux !), puis en marchant, exercez la respiration abdominale. Observez le nombre de pas suffisant pour une inspiration, puis faites de même à l’expiration. Puis petit à petit allongez l’expiration d’un pas, et observez l’inspiration s’allonger également. Arrêtez après une vingtaine de cycle effectué.

Cela permettra de chasser le stress, de relâcher les tensions musculaires s’exerçant sur la cage thoracique ainsi que de favoriser un travail de la sangle abdominale.

3° Bougez autant que faire se peut.

Pratiquer une activité physique comporte de nombreux bienfaits qui vont contribuer à maintenir une sensation de bien être durable. D’ailleurs après une séance de sport intense (entre 45 minutes – 1 heure), le cerveau sécrète un nombre conséquent d’endorphine, un neurotransmetteur, qui est responsable de la sensation de bonheur, et réduit la douleur !

Nous produisons du bonheur naturellement alors pourquoi s’en priver !

Si vous êtes seuls, prenez votre courage à deux mains et lancez vous à la course à pied. Attention tout de même à respecter quelques conseils importants énumérer dans cet article ci dessous avant de commencer !
https://www.chiropracteur-laval53.fr/2019/05/16/les-7-conseils-du-chiropracteur-pour-la-course-a-pied/

Utilisez votre vélo au maximum ! Stoppez la voiture pour les petits déplacements, marchez ou faites du vélo ! En plus de faire un pas pour l’environnement, vous vous ferez du bien !

Si la course à pied, le vélo ou la natation ne vous attirent pas, essayez des sports ludiques qui vont lier activité physique et le jeu pour une plus grande distraction !
Quelques exemples : L’ultimate Frisbee (sport mixte, et fair play en équipe), le Badminton, le Basket Ball.

4° Trouvez votre échappatoire.

Pratiquer un art créatif va permettre de développer votre cerveau droit, et ainsi cultiver le moment présent !

Je suis convaincu que privilégier un mode de pensée « cerveau droit » permettrait de prendre les situations comme elles viennent et de mieux s’adapter. Stimuler le cerveau droit agirait également sur nos relations et notre empathie donc notre bienveillance et notre capacité à mieux gérer les aléas relationnels.

Il existe énormément de façon de stimuler son cerveau droit, les arts créatifs sont partout et il suffit d’innover pour trouver son propre échappatoire !

Quelques exemples concrets : La pratique d’un instrument de musique et sa richesse incomparable. Mais aussi tout ce qui se rattache à la musique, comme la danse, le chant…
Les arts créatifs manuels, peinture, dessin ou encore manipulation de l’argile, du verre, création en bois et pourquoi pas en plastique ?
Les possibilités sont infinies et il y a de très fortes chances que vous trouviez une excellente voie de décompression à travers ces différentes activités.

Cerveau gauche et cerveau droit.

5° Ecoutez votre intuition.

N’avez vous jamais ressenti ce sentiment d’avoir déjà vécu une situation ou de ne pas sentir un certain choix ou une personne et que cela ce soit avéré juste par la suite.

La plupart des stress et maux d’aujourd’hui surviennent car nous ne sommes plus connectés au « soi » intérieur. Nous nous oublions petit à petit.
Si vous observez bien les enfants, vous verrez que la plupart possède ces facultés naturellement présentes. Leur naïveté et leur sens aigu de l’observation en font parfois de redoutables philosophes !

Gardez une âme d’enfant, un brin de folie, des rêves à réaliser puis concrétisez, vivez ces rêves !
Lorsque nous sommes bien guidés par notre intuition, nous trouvons les signes positifs qui nous font garder le cap vers notre meilleur chemin de vie !

Astuce : Apprenez à vous reconnecter avec votre intuition en pratiquant les méditations guidées, en plus d’aider à lâcher prise, celles ci vous permettront d’entrer dans votre monde intérieur. Plus vous en saurez sur votre monde intérieur, plus vous serez confiant par rapport aux événements à venir, moins le stress se montrera.
Faites vous confiance, lorsque vous sentez une situation se dégrader, prenez du recul et lorsqu’au contraire une situation est sur la bonne voie, entretenez là !

Exercez ces choses dont vous n’avez jamais osé parler à personne, pratiquez la danse comme lorsque vous étiez jeune, reprenez les études si le cœur vous en dit afin de vous réaliser en tant que personne, ou encore ayez la motivation d’apprendre une langue ou un instrument de musique ce que vous n’aviez jamais commencé.

Entreprenez la vie en écoutant votre intuition ! En cas d’échecs, soyez optimiste, faites le bilan puis recommencez pour arriver à vos fins !

6° Reconnectez vous à la nature.

Une fabuleuse cascade lors d’un séjour à Madère.

Prenez le temps pour faire des balades ou des randonnées en nature, en forêt, campagne, montagne ou encore à la recherche de cascades. Ce sont de véritables lieux de pèlerinage permettant de nous ré harmoniser avec la nature, indispensable à la vie.

Mon conseil : Lors d’une balade, laissez les téléphones portables et autres appareils électroniques de coté, il a été démontré, que plus nous prenons de photos moins ils se figent dans notre mémoire (source).
Ré apprenez à contempler les éléments naturels qui se postent devant vous, prenez le temps de la contemplation, dans le calme, la sérénité et sentez les ondes positives vibrer en vous.
Appréhendez l’immensité et la magnificence de notre chère planète terre.

Après ou pendant la balade, prenez connaissance du monde naturel, du nom des plantes, des champignons, végétaux et expérimentez leurs vertus.

Le monde est un fabuleux terrain de jeu, alors je vous encourage à voyager mais n’oubliez pas de respecter l’environnement merveilleux qui vous entoure !

7° Améliorez votre alimentation.

Salade Maison faite par ma compagne et moi même ! 😀

En plus d’avoir un fort impact positif sur l’environnement, en privilégiant les fruits et légumes dans votre alimentation, vous donnez à votre corps un véritable atout santé ! La plupart des végétaux sont bourrés d’antioxydants, qui vont aider à lutter contre une grande partie des maladies. La plupart des légumes verts sont également d’excellents détoxifiants et préviennent certaines pathologies comme le cancer.

Un régime santé ? Le régime méditerranéen, utilisation majoritaire de légumes, de fruits, de fruits à coque (oléagineux = booster d’oméga 3), de poissons gras et d’huile végétale (olive, lin, noix, tournesol) !

Privilégiez des produits sains, originaires d’une agriculture biologique ou raisonnée, produits localement autour de chez vous !
N’hésitez pas à vous rapprocher des producteurs agricoles pour connaître les produits utilisés sur les productions.

Mon conseil : En plus d’une alimentation saine, utilisez ponctuellement un extracteur de jus pour vous faire de délicieux jus de légumes bio et de saison ! Ce sont de véritables boosters d’immunité naturels !
Ma recette préférée l’hiver : Carotte, gingembre, betterave, radis noir, citron et pomme. Privilégiez les jus de légumes et non les jus de fruits car le sucre contenu dans les fruits est moins retenu sous cette forme.

8° Créez vous un entourage sain.

Libérez vous des contraintes liées à votre entourage ! Créez vous un entourage sain !

Ne vous obstinez pas à continuer des relations qui vous font mal. Celles qui ne vous conduisent qu’à un sentiment de faiblesse et de mal être. Parfois certaines personnalités ne collent juste pas (ou plus) avec la votre, sachez l’accepter.

N’ayez pas peur de communiquer de cela avec les personnes concernées, le monde change tout comme les relations, alors il se peut qu’une relation ne soit plus la même ou que vous ne vous sentiez plus en phase comme avant.
Si chacun est prêt à faire des efforts, cela peut encore changer dans le bon sens mais dans le cas contraire, si il n’y a pas de volonté perçue d’améliorer la situation alors lâchez prise et continuez votre chemin.

Au contraire, entourez vous des personnes qui vous aiment pour ce que vous êtes, qui vous soutiennent, qui sont honnêtes mais ne vous jugent pas, de ceux qui vous illuminent la journée et qui vous font rire peu importe le moment ! Ces personnes je suis sûr seront celles qui vous guideront vers le meilleur chemin de vie.

Petit exercice : Prenez une feuille et un crayon, dessinez vous sur une feuille de papier et listez les personnes que vous voulez voir autour de vous, plus elles sont proches de vous, plus elles sont importantes. En fonction de leur proximité, prenez conscience des relations à chérir et de celles où vous devriez peut être lâchez du lest.

9° Libérez votre système nerveux avec la chiropratique.

En plus du reste, le chiropracteur peut aider à vous sentir mieux, en agissant directement sur votre système nerveux grâce à des ajustements spécifiques !

https://www.chiropracteur-laval53.fr/2019/02/06/tout-savoir-sur-lajustement-chiropratique/
Article sur l’ajustement chiropratique.


Optimiser les fonctions physiques, chimiques et émotionnels du corps seront d’un grand atout pour aller de l’avant et surpasser les problèmes du quotidien.

Optimisez votre système nerveux et permettez à votre corps d’être au maximum de ses capacités.

10° Devenez maître de votre destinée.

Prenez le contrôle de votre destinée ! Fixez des objectifs à court ou moyen terme sur différents plans professionnels, personnels, relationnels, physiques…
Faites une mind map sur ces différents points et listez ce dont vous rêvez d’être.

Après avoir fait votre mind map. Listez des actions à faire pour changer dès maintenant.

Autre point important, soyez optimiste et exercez vous à la gratitude ! Remerciez vous, pour les choses que vous avez déjà acquises, et remerciez pour les choses futures à acquérir ! Ce faisant, vous permettrez à votre cerveau de sécréter des neuro transmetteurs responsables du bien être et ainsi reprogrammer petit à petit votre réalité (source livres de Bruce Lipton et Joe dispenza).

Libérez vous des croyances limitantes :
– Si vous n’avez pas d’argent, commencez à épargner 1 euro par jour !
– Si vous n’avez pas le temps, libérez du temps passé inutilement pour vous !
– Si vous ne vous y connaissez pas dans un domaine, apprenez à travers les livres, les bibliothèques sont une source de savoir immense !
– Si vous souhaitez changer physiquement, renforcez votre corps et entraînez vous ! Cela ne demande que du courage et de la motivation
Etc…

Les choses à faire sont parfois plus simples qu’on ne le pense, il suffit d’avoir la volonté de s’y atteler dès que vous en prenez conscience et que le moment vous convient !

La vie est fabuleuse et nous n’en avons qu’une alors devenez maître de votre destin.
Arrêtez de vous plaindre et soyez désormais adeptes des petit pas, ou du Kaizen en Japonais, ce faisant vous aller mettre en place des changements futurs chaque jour !

Changez vos habitudes pour changer de vie.

Pourquoi ne pas commencer dès aujourd’hui à vivre la vie que vous souhaitez.
Le Kaizen ou la méthode des petits pas, préconise de petits changements petit à petit afin de se voir changer intérieurement et extérieurement progressivement à un rythme lent mais sur !

Par exemple :
– Afin de changer physiquement. Je me mets à pratiquer du sport tous les jours (dose de 15 minutes par exemple).
– Je souhaite plus de temps pour prendre soin de mon moi intérieur. Alors je me lève 5 ou 10 minutes plus tôt pour pratiquer la méditation.
– Je souhaite financer un projet mais je n’ai pas d’argent. Commencez par épargner un euro par jour ! Vous verrez c’est possible !
– Je ne sais pas quoi faire de ma vie. Prenez du temps pour expérimenter la vie et trouver votre propre voie. Utilisez également des méditations guidées.
– Je souhaite apprendre à faire de la musique. Commencez dès aujourd’hui par prendre des cours gratuit sur internet ou bien à l’aide d’un professeur particulier.

Tout est possible à tout âge, plus vous en aurez conscience, plus votre vie sera épanouie et rayonnante.

Prêtez vous au jeu, suivez moi sur instagram @lechiroquiroule et partagez votre action du jour !

Arrêtez de procrastiner et incarnez le changement que vous voulez voir dans ce monde !

Sources et conseil de lecture supplémentaires.

https://www.stress.eu.com/

http://www.chiropraticiens.ch/pratique/stress

https://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/developpement-personnel/13489-cerveau-droit-paix-interieure.htm

Conseils de lecture supplémentaires :
– La biologie des croyances – Bruce Lipton.
– Le corps quantique – Dr Deepak Chopra.
– Ho’oponopono : Le secret des guérisseurs hawaïens – de Luc Bodin, Marieli Hurtado-Graciet.
– Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même – Lise BOURBEAU.
– Transmettre – Céline Alvarez, Christophe André, Catherine Gueguen, Ilios Kotsou.
– The Reality Check – Heidii Haavik.
– Eloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez – Joseph Schovannec.
– L’Art du bonheur : Sagesse et sérénité au quotidien – S. S. le Dalaï-Lama.
– L’Apiculteur – Maxence Fermine.
– Réveillez le chaman qui est en vous : Développez votre intuition et votre confiance en vous – Arnaud Riou.
– Le Kaizen – Comment Transformer Sa Vie À Petits Pas – Alain Penichot.

Alexandre Chassagne, Chiropracteur à Laval (53000) En Mayenne, consultation à domicile ou en cabinet.

 

Le sommeil vu par un chiropracteur

Le sommeil possède un rôle clé dans le fonctionnement de notre organisme !
En effet, tout comme la chiropratique, une bonne hygiène de sommeil permettra un meilleur fonctionnement de l’organisme tant sur le plan neurologique qu’au niveau musculo-squelettique (musculaire et articulaire).
Il faut comprendre que nous passons plus d’un tiers de notre vie à dormir d’où l’importance d’avoir une hygiène du sommeil irréprochable !
Ainsi, nous allons voir pourquoi et comment peut-on améliorer la qualité de votre sommeil grâce aux conseils de votre chiropracteur.

La position de sommeil !

Pour ceux qui ont déjà consulté un chiropracteur, vous devriez avoir déjà entendu ce discours sur la meilleure position de sommeil à adopter. Mais refaisons un point ensemble, globalement, il existe 3 positions de sommeil les plus généralement adoptées : Sur le ventre, le dos ou le coté.

En tant que chiropracteur, notre intérêt dans l’hygiène de sommeil est de conserver un bon fonctionnement de la colonne vertébrale. Le bon alignement de la colonne vertébrale est donc un critère de choix dans la position de sommeil.

Voici une illustration des différentes positions et leurs contraintes :

Les positions de sommeil selon l’alignement du rachis.

La position sur le ventre est à proscrire tandis que les positions sur le dos et sur le coté sont à préférer. Dormir sur le côté gauche semble être une très bonne solution à adopter (sur le coté gauche pour laisser l’estomac reposer contre la literie).

Cependant même si notre position de sommeil est bonne il faut veiller à garder un bon alignement de la colonne cervicale grâce à un oreiller adapté et c’est ce que nous allons désormais voir.

Un bon sommeil c’est se choisir un bon oreiller !

Comme vu précédemment, l’alignement de la colonne vertébrale est une donnée importante dans le sommeil en tant que chiropracteur. C’est pourquoi le choix d’un oreiller adapté à votre morphologie aura un impact crucial dans votre qualité de sommeil.

Dans ce cas, il n’existe pas d’oreiller miracle, il suffit de tester plusieurs oreillers et trouver celui qui vous convient le mieux. Selon votre morphologie chaque oreiller aura un impact différent mais en respectant l’idée de conservation de l’alignement vertébrale, vous garantirez une bonne hygiène de sommeil.

Choisir son oreiller en position de sommeil coté source
Choix de l’oreiller en fonction de la position de sommeil (sur le dos ou coté). source

En suivant ce principe vous devriez trouver l’oreiller idéal. Dans un premier temps, Je vous conseille d’essayer un oreiller ergonomique à mémoire de forme vendu la plupart du temps en pharmacie.

Mais si comme certaines personnes vous ne les supportez pas (comme moi par exemple !) il existe une solution à mi chemin entre l’oreiller classique et l’oreiller ergonomique.
Ce sont par exemple, les oreillers Wopilo que je recommande désormais si vous ne supportez pas les oreillers ergonomiques ! La possibilité de s’adapter à différents type de morphologie en fait un oreiller très polyvalent et agréable.

Contactez moi avant d’acheter un Wopilo pour bénéficier de 10% de réduction !

Après l’oreiller… la literie bien sur !

Après avoir bien pris soins de nos cervicales avec un oreiller adapté à notre morphologie. Il faut maintenant passer en revue la qualité de la literie… C’est encore une fois un facteur très important !

Alignement de la colonne vertébrale avec le matelas : source

Encore une fois, il n’existe pas de réponse universelle, mais je m’accorde pour dire de choisir un matelas semi-ferme.

Si vous avez une morphologie corpulente, privilégiez un matelas plus ferme et dans le cas inverse si vous avez une morphologie plus légère, privilégiez un matelas plus mou.

Différence entre matelas ferme et matelas souple : source

La Chiropraxie et le sommeil.

Après avoir vérifié et ajusté tous ces paramètres, n’hésitez pas à réaliser un bilan chiropratique avec votre chiropracteur préféré pour évaluer la santé de votre colonne vertébrale et permettre un fonctionnement optimal de l’organisme.

En permettant une bonne fonction vertébrale, le système nerveux ainsi relâché vous permettra de ressentir un bien être général et de permettre une meilleure qualité de sommeil.

https://www.chiropracteur-laval53.fr/pourquoi-consulter-un-chiropracteur/

Ainsi, de nombreux patients témoignent d’une amélioration de la qualité de sommeil suite à un traitement chiropratique.

Pour Prendre RDV en ligne dès aujourd’hui Cliquez ici.

Quelques conseils supplémentaires.

Maintenant que de bonnes bases sont posées, il existe encore une multitude de choses qui vont contribuer à améliorer votre hygiène de vie et avoir une bonne influence sur votre sommeil.

Par exemple, le matin pour vous relever du lit, il vaut mieux se relever du lit en passant sur le côté puis en basculant les jambes hors du lit et enfin se relever avec les bras.
Ce faisant, votre dos n’en sera que plus heureux !

Se relever du lit sans se faire mal demonstration

Le soir avant de vous coucher, privilégiez un bon bouquin plutôt que la tablette ou le téléphone portable qui vous assommera de rayons lumineux indiquant à votre organisme de rester en éveil.

Éventuellement, prenez le temps un petit peu avant de vous coucher afin de retracer votre journée, faites le point sur vos actions, remerciez pour les bonnes choses puis exercez vous à la méditation guidée pour calmer les tensions qui ont pu avoir lieu, le jour durant.

Aussi, privilégiez une température basse (>20°) de la chambre et mettre une bonne couette s’il fait froid plutôt que de laisser le chauffage toute la nuit contribue également à une meilleure qualité de sommeil !

Enfin, le matin réveillez vous doucement avec quelques étirements de votre choix ou bien ceux que votre chiropracteur vous aura préalablement conseillé afin de préparer le corps à la journée qui vient.

Finalement, le sommeil pas si inutile !

Comme vu précédemment, le sommeil fait partie des piliers fondamentaux lorsqu’on parle de bien être physique et psychique.

Ainsi j’espère que ces conseils chiropratiques, vous permettront de trouver un repos efficace et durable. N’hésitez pas à consulter votre chiropracteur pour faire un bilan vertébral afin de libérer les tensions qui s’exercent sur votre système nerveux.
Cela permettra probablement d’améliorer la qualité de votre sommeil.

Chiropratiquement,
Alexandre Chassagne, chiropracteur à Laval (53).

Sources :

https://chirograndchemin.com/

https://monchiro.ca/saines-habitudes/

Association Française de Chiropraxie.
Association Canadienne des chiropracteurs

Les 8 conseils du chiropracteur pour pratiquer la course à pied !

Bon nombre d’entre vous pratique de manière régulière la course à pied. Cette dernière n’est pas à sous-estimer. Les contraintes sur les articulations et les muscles peuvent être importantes et ce d’autant plus lorsque le coureur est inexpérimenté.
En tant que chiropracteur, je m’intéresse beaucoup à la biomécanique du sportif c’est pourquoi je me suis formé à l’optimisation de ses performances.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir mes 8 conseils pour le coureur régulier amateur.

Conseil N° 1 : Il faut bien s’échauffer !

La plupart des coureurs amateurs partent sans prendre la peine d’échauffer les articulations ou les muscles. Il me semble primordial de bien préparer son corps à l’activité physique dans le cadre de la prévention des pathologies musculo-squelettiques.

Un bon échauffement comprend une préparation articulaire active, c’est-à-dire que l’on va faire bouger ses chevilles, genoux, hanches, bassin et dos pour préparer le corps aux mouvements. Au niveau biologique cela va favoriser la production de synovie dans les articulations qui va jouer le rôle de lubrifiant et de protecteur articulaire.

La préparation musculaire active est aussi importante. Avant votre jogging, prenez 5 minutes pour faire quelques gammes sur courte distance : Talons au fesses, Montées de genoux, Pas chassés, Pas croisés, Flexions, Extensions.

Conseil N°2 : Pensez à bien vous hydrater !

Il en est quasiment tout le temps question avec mes patients, mais on ne le dit jamais assez, l’hydratation est primordiale surtout dans le cadre d’une activité physique d’endurance qui va engendrer une transpiration importante.
A noter que plus il fait chaud, plus l’hydratation doit être importante.

Alors pensez au CamelBak lors de vos longues sorties d’été, ou bien prévoyez sur votre trajet un ou deux points de ravitaillement (fontaine publique, WC public…) pour boire.

Conseil N°3 : Achetez des chaussures adaptées !

Des paires de chaussures de course il en existent une multitude dans tous les rayons sportifs. L’erreur à ne pas faire, est de croire que plus la semelle est épaisse, plus les articulations sont préservées. Ce postulat est, selon moi, faux. Le facteur principal qui va impacter sur vos articulations est votre foulée.
Des chaussures qui maintiennent bien le pied et qui ont une semelle souple mais pas forcément très épaisse, sont selon moi idéales et jackpot ce sont souvent les moins chères !

Si vous courez en ville privilégiez une semelle non crantée, tandis que si vous avez tendance à faire du tout terrain, privilégiez des semelles qui accrochent un peu plus.

Pour ce qui est du cas des chaussures minimalistes, je ne suis, personnellement, pas convaincu de leur nécessité dans la course minimaliste. Seulement, si le pratiquant préfère leur usage pour s’adapter plus radicalement au changement de foulée, cela peut être efficace.

Conseil N°4 : Adoptez une foulée plus naturelle ! (Course minimaliste ou « bare foot running »)

Marre des douleurs de genoux, dos ou des hanches après l’entraînement ?

Ayez une foulée plus naturelle, c’est à dire sur l’avant du pied, ou bien plutôt sur le milieu avant pied. Une foulée avec impact sur le talon, est plus contraignante en termes d’onde de choc produite dans le corps tandis qu’avec une foulée sur l’avant, l’onde de choc est transmise et absorbée par votre triceps sural (mollet).

Attention si vous souhaitez effectuer ce changement de foulée, je vous conseille de le faire progressivement sans forcer. Le mollet n’est pas habitué à cet exercice, et il va lui falloir beaucoup d’entrainement pour s’adapter. Prenez donc votre temps !

Commencez par effectuer ce changement pendant 10 à 15 mn la première semaine puis augmentez progressivement de 5 mn par semaine. Lorsque vous sentez une tension dans le mollet, cela veut dire que le triceps atteint son seuil de fatigue, il ne faut généralement pas forcer au delà.

Il n’est pas obligatoire de courir avec des chaussures minimalistes pour changer de foulée. Pour ma part, je n’en ai jamais achetées et cela me convient très bien.

Avant de commencer la course minimaliste, habituez-vous à marcher pieds nus.

Différence entre les deux types de foulées (Avant pied et talon)

Pour toutes questions ou pour un accompagnement spécifique lors de la course à pied, veuillez consulter votre chiropracteur.

Conseil N°5 : Ecoutez votre corps !

Comme dans toute activité sportive, il faut réussir à s’écouter et surtout savoir s’arrêter au bon moment au risque de voir apparaître des blessures.

Votre corps est votre premier allié alors prenez en soins, ne cherchez pas à aller trop vite en suivant un groupe plus expérimenté par exemple.
Veillez également à respecter des temps d’arrêt entre deux entraînements d’au minimum 24 heures.

De même lorsque vous souffrez d’une blessure, prenez le temps de repos suffisant pour que votre corps se soigne bien puis reprenez progressivement l’effort physique.

Conseil N°6 : Les étirements !

Ils existent également différents avis concernant les étirements après la course à pied, je vous propose ma version des faits, au regard de mon ressenti personnel et des études scientifiques lues.

Les étirements musculaires passifs ne doivent pas être réalisés à froid ou bien à chaud juste après l’entraînement. Selon certaines études, le mieux est d’attendre entre 4 à 6 heures, le temps que les fibres musculaires se soient bien reposées.

De ce fait, vous ne risquez pas de casser les fibres musculaires que vous venez juste de travailler et donc vous optimisez votre récupération.

Les étirements conseillés en vidéos derrière ce lien !

Conseil N°7 : En cas de blessure !

En cas de blessure lors de la course à pied, avant de consulter son chiropracteur, il y a quelques bons gestes à adopter.

Sur une blessure traumatique, la plupart du temps, le protocole PRICE est à préconiser : Protection de la zone blessée, Repos, Glace, Compression et élévation du membre.
Toujours bien s’hydrater et tenir un repos jusqu’à disparition des douleurs.

Protocole PRICE (ou GREC en français).

La reprise doit se faire progressivement et parfois en commençant par un autre sport que celui à l’origine du traumatisme. Par exemple, la natation est un bon sport de transition dans le cadre de la reprise après une blessure du membre inférieur.

La reprise doit s’effectuer sans douleur !

Lors de cette dernière, pensez à combiner la phase de course à pied avec de la marche simple. Par exemple : 2 min de course pour 1 minutes de marche puis augmentez progressivement au fil des jours.

Conseil N° 8 : Marchez pieds nus aussi souvent que possible !

Tout est dans le titre. Nous ne sommes pas nés avec des chaussures aux pieds, les pieds sont donc faits pour être à l’air libre et pour palier aux contraintes mécaniques de la marche ou de la course. Seulement, nous nous sommes habitués à porter nos souliers préférés par confort mais surtout par sécurité.

Je recommande aussi souvent que possible de marcher pieds nus dans des lieux sains : chez soi, dans l’herbe ou à la plage…
C’est un formidable exercice qui vous fera le plus grand bien !
N’hésitez surtout pas à en faire bénéficier vos bambins qui apprécieront. Cela aura également pour effet de favoriser leur développement neuro-sensoriel.

Cet exercice va premièrement permettre à votre système nerveux de capter de nouvelles informations proprioceptives donc de réguler vos chaînes musculaires et par conséquent votre posture.

En plus de cela, cet exercice aura un puissant effet anti-stress et anti-inflammatoire naturel par l’effet du champ magnétique terrestre. C’est ce qu’on appelle le « Grounding » ou « earthing ».

Il suffit de tester pour l’approuver.

Conclusion

J’espère que ces conseils vous ont plu et qu’ils vous permettront d’aborder la course avec un oeil neuf et avisé.
Pour toutes questions ou toutes douleurs survenues lors de la course à pied n’hésitez pas à consulter votre chiropracteur.

Mail : lechiroquiroule@gmail.com ou téléphone 07.68.48.10.02

Sources

https://monchiro.ca/blogue/retour-a-la-course-les-8-erreurs-a-eviter/

https://kinedoc.org/work/kinedoc/39fef929-8420-4d27-ac7b-26f92917dc4f.pdf

https://www.centrechirolaprairie.com/article-disp.asp?i=15

Arthrose, Arthrite, Polyarthrite, Spondylarthrite, Quézako ?

J’entends souvent mes patients parler d’arthrose, arthrite, de polyarthrite rhumatoïde, ou spondylarthrite ankylosante. Souvent issus d’un diagnostic médical mais parfois auto diagnostiqués et utilisés à tort, ces termes ont des définitions bien spécifiques qui correspondent à des pathologies articulaires distinctes.

Leur bon diagnostic est essentiel afin d’orienter le patient vers une prise en charge adaptée. La prise en charge doit souvent être pluri disciplinaire, nous verrons ce que le chiropracteur peut faire pour ces affections. Sans rentrer dans les détails, c’est ce que nous allons essayer d’éclaircir dans ce nouvel article.

Cet article n’est pas exhaustif, il existe un tas d’affections articulaires, celles présentées sont les plus répandues. Cet article a pour vocation de vous faire comprendre les différences physiologiques entre ces pathologies.

L’Arthrose

L’arthrose correspond à la plus fréquente des pathologies rhumatologiques. Il concerne plus de 10 millions de personnes en France et 1% des dépenses de santé. Elle est donc considérée comme un problème majeur de santé publique.

L’arthrose correspond à une destruction progressive du cartilage d’une articulation donnée. Le cartilage correspond à une couche recouvrant les os au sein d’une articulation. L’articulation est comprise dans une capsule articulaire, dans laquelle se trouve du liquide synovial. Sa localisation est très variable mais les membres inférieurs sont les plus fréquemment touchés (excepté la cheville).

Au niveau radiologique, on peut, entre autres, observer une diminution de l’espace articulaire. Attention, fait important, l’atteinte radiologique n’est pas corrélée avec le retentissement fonctionnel. Certaines personnes peuvent montrer des radiographies à première vue mauvaises mais sans forcément ressentir de symptômes.

On ne peut pas encore expliquer concrètement pourquoi certaines personnes ressentent des symptômes et d’autres non mais certains facteurs favorisant l’arthrose ont été dénombrés.

Tout d’abord :
– Le vieillissement.
– L’hérédité (surtout pour les doigts).
– L’obésité.
– Les traumatismes (et micro traumatismes).
– Les anomalies congénitales ou acquises.

Mon conseil : Afin de prévenir les douleurs articulaires dûes à une faiblesse du cartilage, il est important de privilégier un bon rapport Oméga 3 / Oméga 6. Pour ce faire, une consommation régulière d’oléagineux (noix, amandes, cajou sans sels ajoutés) et de bonnes huiles (colza, olive, lin) permet de rétablir cet équilibre.

L’arthrose et la chiropraxie

Le rôle du chiropracteur dans l’arthrose est préventif tout d’abord, puisqu’en vous permettant une bonne mobilité articulaire, le corps subit moins de stress et vieillit donc mieux.

Lorsque l’arthrose est diagnostiquée, à un stade non avancé, le chiropracteur permet au patient de réduire en fréquence et en intensité les crises de douleurs. On ne guérit pas de l’arthrose mais le chiropracteur permet de redonner sa fonction à l’articulation dans la mesure du possible.

Enfin, l’enjeu principal est de retarder au maximum la pose de prothèses. Ces dernières pouvant être très efficaces, il n’en demeure pas moins qu’une intervention chirurgicale est un moyen invasif et non conservateur qui ne doit être envisagé que dans les cas les plus graves.

L’arthrite sceptique

Au sens littéral, l’arthrite correspond à une inflammation de l’articulation.
L’arthrite est dite sceptique lorsque l’inflammation est due à une infection bactérienne
, par contamination directe (plaie ou geste chirurgical) ou bien par dissémination hématogène (germe qui a circulé dans le sang jusqu’à l’articulation).

L’arthrite sceptique est une urgence thérapeutique et ne doit donc pas être prise à la légère. En effet, le retard diagnostic et donc thérapeutique peut engendrer une impotence fonctionnelle. Sans traitement adéquat, L’articulation se fait peu à peu détruire par le germe en question (le plus souvent staphylocoque doré ou streptocoque).

Les symptômes qui peuvent vous alerter : Gonflement, rougeur, douleurs aux mouvements et fièvre associée. Dans les antécédents on peut noter une plaie adjacente ou une infection bactérienne récente.

Les facteurs favorisants sont : le diabète, l’alcoolisme, la prise de corticoïdes, les maladies immunosuppressives (type VIH) ou encore la toxicomanie.

Le rôle du chiropracteur ici va être principalement le diagnostic, en effet, il est du devoir du chiropracteur de reconnaître l’arthrite sceptique afin de vous rediriger vers votre médecin traitant au plus vite pour mettre en place un traitement adapté (à base d’antibiothérapie).

Comment préparer son corps aux effets d’une antibiothérapie sur l’organisme dans mon article sur l’intestin.

La polyarthrite rhumatoïde et les autres affections immuno rhumatologiques.

Les affections immuno rhumatologiques font partie d’un autre type de pathologie articulaire.

En effet, certaines pathologies sont la conséquence d’une réaction du corps au corps. Le corps ne reconnaît plus ses propres articulations et le système immunitaire se met en quête de détruire les articulations.
Étonnant direz-vous mais d’un point de vue un peu plus personnel et d’après mes lectures; Certaines de ces pathologies chroniques peuvent être la résultante de longue frustration ou de pensées néfastes, à la longue le corps transpire ce que nous pensons.

Il existe tout de même quelques origines :
– Génétiques
– Facteurs environnementaux (Tabac, infections, nutrition, pollution alimentaire, pollution de l’air, stress…)
– Neuro endocriniens

Mon conseil : Privilégiez un environnement sain, diminuer les sources de stress extérieur en vous évadant aussi souvent que possible en pleine nature. Et diminuez le stress intérieur en pratiquant des exercices de développement personnel et des méditations. Enfin privilégiez une alimentation saine, de préférence issu de l’agriculture biologique.

Quelques exemples

La polyarthrite rhumatoïde

Parlons maintenant de la fameuse polyarthrite rhumatoïde (PR), faisant partie des affections immuno rhumatologiques les plus fréquentes et des plus sévères. La PR est un phénomène inflammatoire évolutif à tendance destructeur.

La PR s’attaque principalement aux parties distales des membres, les poignets, et les mains, de manière bilatérale et symétrique. Elle provoque un gonflement progressif des articulations bilatéralement et une raideur matinale.

Articulation normale et Polyarthrite rhumatoïde source

Son diagnostic est important pour adapter un traitement médicamenteux et chiropratique.
Le traitement chiropratique permettra entre autres de diminuer l’impotence fonctionnelle latente et de réduire les douleurs articulaires au niveau des membres.

La Spondylarthrite ankylosante

La Spondylarthrite ankylosante (ou Spa) fait partie des rhumatismes inflammatoires chroniques appartenant au groupe des spondylarthropathies (cela inclut d’autres pathologies localisées au niveau de la colonne vertébrale et ou des sacro iliaques).

La Spa est une affection immuno rhumatologique ciblant en particulier la colonne vertébrale et les enthèses (zone d’ancrage des tendons et tissus articulaires dans l’os). Elle se manifeste par des douleurs inflammatoires au niveau des articulations sacro iliaques, du rachis lombaire et ou dorsal.
Certaines articulations périphériques peuvent être également touchées, plutôt au niveau du membre inférieur. A terme, une raideur de la colonne vertébrale peut s’installer.

On observe un terrain génétique pré disposant à la Spa, le gène HLA B27, mais attention un porteur du gène peut être sain.

Le Chiropracteur peut apporter un soulagement entre les crises inflammatoires et un ralentissement de l’évolution vers l’impotence fonctionnelle en raideur au niveau du rachis et des articulations périphériques. Le traitement médical est médicamenteux et permet une diminution des poussées inflammatoires.

Pour en savoir plus sur la lombalgie mécanique et la sciatique, voir l’article sur le sujet.

Conclusion

En conclusion, ces pathologies font partie des nombreuses raisons de consultation de chiropracteur. Mais il est nécessaire de comprendre l’intérêt d’un travail pluridisciplinaire, en particulier dans les affections immuno-rhumatologiques.

Enfin, une approche conservatrice doit être toujours envisagé en priorité compte tenu de son fort taux de bénéfices contre les risques et rares complications envisageables.

A noter que cet article à pour but de démocratiser certains termes. Il ne se substitue en aucun cas à un diagnostic médical, pour toutes douleurs inquiétantes, consultez votre médecin traitant.

Cet article vous est proposé par Alexandre Chassagne, chiropracteur à domicile sur Laval (Mayenne 53000).

Source

Karen DAWIDOWICZ ; Michaël SOUSSAN. Inter memo : Rhumatologie. VG éditions, Juillet 2011. 182p. Inter memo, fiches de synthèse illustrées pour l’ECN. ISBN : 978-2-8183-0340-5.

Ce qu’il faut savoir sur la lombalgie et la sciatique !

Introduction

Symptômes qui poussent nombre de patients à venir consulter son chiropracteur. Nous allons voir dans cet article, d’où peut provenir la lombalgie commune et quelles sont ses conséquences sur l’organisme. Puis nous verrons comment prévenir ce type de douleur grâce à des postures adaptées et des exercices de renforcement.
Le rôle du chiropracteur dans ces pathologies est aussi discuté. Car au cours de ses 6 années d’études, Le Chiropracteur se forme au diagnostic, à la prévention et à la prise en charge des douleurs vertébrales (entre autres).

Au cours d’une vie, 80% de la population souffre au moins une fois du mal de dos. La lombalgie commune en est souvent responsable mais reste méconnue. Elle est parfois confondue avec d’autres pathologies plus ou moins graves.
Au sens propre, le mot « lombalgie » signifie, douleur lombaire. Les lombaires étant les 5 dernières vertèbres de la colonne situées entre les vertèbres dorsales et le sacrum.

Dans cet article nous traiterons uniquement de certaines lombalgies dites communes ! Mais les douleurs lombaires peuvent avoir beaucoup d’autres origines (Par exemple : Origine tumorale, rénale, infectieuse, traumatique, inflammatoire etc.).
Avant d’effectuer un auto diagnostic précoce, consultez votre chiropracteur ou votre médecin généraliste.

Comment expliquer la douleur lombaire ?

Plongeons-nous quelques minutes dans l’anatomie humaine. C’est le système nerveux qui véhicule la douleur. C’est lui qui relie les différentes parties du corps au cerveau et qui nous prévient si quelque chose ne fonctionne pas bien.

Au niveau du rachis, ces voies de la douleur proviennent, entre autres, du système articulaire.

Les articulations vertébrales constituent donc les origines majeures des lombalgies. Les joints articulaires des vertèbres peuvent se diviser en 2 groupes, les articulations postérieures (liées par quatre facettes articulaires) et les disques intervertébraux.

Articulations lombaires, vue latérale (source : ilocis.org)

Mais alors, comment différencier les lombalgies ?
Le rôle important de votre chiropracteur dans la prise en charge de la lombalgie est donc de trouver le bon diagnostic.
Certains indicateurs nous permettent de savoir si la lombalgie est, par exemple, plutôt facettaire (articulaire postérieur), discale (disque intervertébrale) ou d’une autre origine (Sacro iliaque, thoraco lombaire, Spondylolisthésis etc.).

Par souci de clarté, nous allons traiter dans cet article des lombalgies les plus fréquentes. La liste présentée est donc non exhaustive.

La lombalgie d’origine discale et la sciatique.

La lombalgie discogène concerne le disque intervertébral, ce coussinet situé entre chaque vertèbre. Il permet notamment les mouvements de la colonne vertébrale et lui donne sa souplesse mais c’est aussi le responsable de douleurs lombaires notamment chez le jeune adulte (entre 20 et 40 ans).

Elle survient généralement lors d’un effort important en flexion ou rotation du tronc ou après avoir tenu une posture inadaptée pendant un certain temps.

Les lésions du disque intervertébral peuvent se classer en 4 catégories :

– L’entorse discale : L’anneau fibreux constituant le disque intervertébral est lésé. Ses fibres sont déchirées partiellement sans atteinte du noyau pulpeux.
Le patient ressent une douleur en barre suite à un faux mouvement généralement empiré en flexion du tronc.

– Le Lumbago aigüe : Les fibres de l’anneau fibreux sont déchirées jusqu’au noyau pulpeux (grade 1 ou 2).
Le patient ressent alors une vive douleur dans le bas du dos, souvent plus importante. Elle est augmentée à la toux et les changements de position sont difficiles. A noter que l’évolution est souvent favorable en 15 jours.

– La hernie discale contenue : Les fibres de l’anneau fibreux sont totalement rompues et le noyau pulpeux s’est extrait de sa loge centrale (grade 3 ou 4).
A ce stade-là, en plus des douleurs importantes ressenties par le patient, des symptômes neurologiques (fourmillements, perte de force) peuvent survenir.

On parle de « sciatique », lorsque le noyau pulpeux entre en contact et exerce une pression sur les nerfs du plexus lombo sacré. Le diagnostic exact se doit de donner l’étage concerné et le nerf compressé. Par exemple : Lombalgie discogène L4-L5 avec conflit disco radiculaire L5.

– La hernie discale exclue : Même cas que précédent, sauf que le noyau pulpeux s’est détaché du corps de la vertèbre. Le reste du noyau est une entité résiduelle présent dans le canal rachidien (grade 5).

Dans la prise en charge de la lombalgie discogène, le chiropracteur peut permettre un soulagement dans les trois premiers stades lorsque l’implication neurologique n’est pas trop importante. Selon les cas, des examens complémentaires (Scanner ou IRM) peuvent être nécessaires. Les cas les plus graves nécessitent une prise en charge médicale (médicamenteuse ou chirurgicale) urgente.

Lorsque les symptômes sont trop importants, cela constitue une urgence thérapeutique. La présence d’un de ces symptômes doit vous alerter : Hyperalgie, perte de force musculaire importante, troubles sphinctériens, anesthésie en selle et parésie sous lésionnelle.

D’autres types de lombalgies.

– La lombalgie facettaire (ou syndrome des articulaires postérieures) :
Cette lombalgie est la résultante d’une souffrance des articulations vertébrales postérieures sans distinction particulière.
Ce type de lombalgie est plutôt retrouvé chez les personnes de plus de 50 ans, décrivant une douleur lombaire soulagé à la position couchée, augmenté en flexion / extension et rotation; Souvent amélioré à la marche et avec la présence d’une douleur para spinale.

– La lombalgie dégénérative :
Elle est souvent responsable de douleur chez la personne de plus de 50 ans, présentant un antécédent de lombalgie aigüe.
Dû à l’arthrose (processus dégénératif), Le disque intervertébral est moins performant. Il en résulte une réduction de mobilité avec douleurs. A terme, il peut se produire une réduction du diamètre du canal lombaire, avec possibles atteinte neurologique dans le cas du canal lombaire étroit.

– La lombalgie par spondylolisthésis (avec ou sans spondylolyse) :
Le spondylolisthésis est décrit comme un glissement antérieur d’une vertèbre lombaire par rapport à une autre sous jacente. Cela peut entraîner des douleurs et lors d’un stade avancé, une compression neurologique.

Le spondylolisthésis peut être dû à l’origine par une spondylolyse, une rupture de l’isthme vertébrale séparant la vertèbre en deux et facilitant le glissement. Une spondylolyse est parfois trouvée chez les jeunes ayant une activité sportive intense (gymnastique) ou à l’âge adulte après un choc compressif de la colonne (plongeon).

Spondylolisthésis de L5 avec spondylolyse (source)

Selon le stade, la chiropraxie peut permettre de soulager ces types de lombalgie.

Pour en savoir plus sur les lombalgies d’origine inflammatoire ou infectieuse, consultez l’article sur le sujet.

Prévention et prise en charge chiropratique de la lombalgie.

La prévention des lombalgies fait partie intégrante du rôle du chiropracteur.

En effectuant régulièrement (1 à 2 fois par an) des visites de contrôle, le chiropracteur détecte et soigne les éventuelles dysfonctions mécaniques vertébrales susceptibles d’entraîner une lombalgie aigüe par la suite.
Par ses ajustements, il permet un bon contrôle musculaire et une fonction articulaire optimale.

La prévention passe également par l’action !
En effet, il est largement recommandé d’exercer un minimum d’activité sportive afin d’assurer une bonne musculature para vertébrale.

Voici mes exercices pour prévenir les douleurs lombaires :
Le renforcement des muscles abdominaux est capital car ils jouent le rôle de véritable gardien des vertèbres lombaires. Il est donc important de garder une bonne musculature abdominale.

Pour ce faire, les exercices du Big 3 de Mcgill sont très efficaces :

Ajoutez à cela du gainage abdominal et vous voilà prêt à affronter les aléas du quotidien.

En complément, il est intéressant d’effectuer des assouplissements légers de la colonne vertébrale de ce type :

Étirement du dos, en allongeant les bras vers l’avant, position du sphinx ou de la prière mahométane.
Assouplissement du dos, alternance dos rond / dos creux à quatre pattes.

Ces exercices peuvent très bien s’intégrer dans une routine matinale.

D’un point de vue postural.

il est recommandé de se tenir droit surtout lors de la position assise.
Veillez également à vous redresser correctement avec les genoux fléchis lors du port de charges lourdes.

Bien soulever une charge (source : monchiro.ca)

En revanche, il est plutôt déconseillé de rester longtemps dans une position avachie, dans un canapé mou par exemple.  Ou encore de rester longtemps le dos fléchi vers l’avant (en travaillant sur une table basse par exemple).

Une bonne posture au travail (source : monchiro.ca)

Conclusion

La lombalgie est un vaste sujet sur lequel j’aurais pu m’étaler davantage.

Cependant, j’espère que ces informations vous auront permis de comprendre les enjeux biomécaniques des différentes dysfonctions rachidiennes et leurs conséquences sur l’organisme.

Enfin, dans le cas de lombalgies, le chiropracteur est apte à détecter la cause du problème et vous proposer la meilleure prise en charge possible.

Cet article vous est proposé par Alexandre Chassagne, Chiropracteur à Laval (53000 Mayenne).